Monk.E, le freestyle dans la tripe

Suite à la nouvelle victoire de Monk.E aux qualifs d’End Of the Weak, une petite polémique est née, concernant sa légitimité à représenter régulièrement depuis 2012 le Canada.

Attention ! on parle là d’un artiste trop respecté pour que le débat dégénère, et non d’une sanglante « matière à beef ». D’ailleurs, pour le moment, il n’est que finaliste, et sa mise au point (à lire sur sa page Facebook) a le mérite de le souligner.

Quant à notre propos en l’occurrence, il sera simple, sinon simpliste… Pourquoi Monk.E reste-t-il au sommet, bon an mal an ?

L’essentiel de la réponse tient ici, dans le règlement de la compétition, où aucune petite clause en corps 8 n’interdit au champion national de défendre son titre.
Chacune des 5 épreuves, chacun des 5 critères principaux de notation, offre une garantie de crédibilité à conseiller volontiers au petit monde de… heu, au hasard… du patinage artistique, tiens pourquoi pas ! De même que l’intégrité des organisateurs et des jurys d’EOW, soit dit en passant.

Alors, allons-y pour nos 5 bonnes raisons de voir Monk.E dans la peau du champion du monde EOW 2014…

– parce que sa capacité à se renouveler est immense, et qu’il n’y a jamais de redondance dans ses performances (ndlr : contrairement aux pauvres rimes en « ance » du blogueur honteux et confus, qui ne l’a pas fait exprès) ;

– parce que la passion l’anime en permanence (damned, encore une !), et que la lassitude l’épargnera encore lorsqu’il sera un ambassadeur octogénaire ;

– parce que son inspiration se nourrit de tout, et que la polyvalence est un atout maître dans ce type de confrontation ;

– parce que c’est un manieur de mots émérite, toujours dans le bon tempo car attentif au contexte ;

– enfin, last but not least, parce qu’il s’est bonifié dans le creuset de collectifs aussi divers que K6A, Amérythmes ou les trop méconnus KalmUnity, et qu’un total épanouissement artistique en est la conséquence logique.

Que Monk.E fasse ou non le voyage en Ouganda (*), il sera un vainqueur, tout comme Mef, Helmé et Clay, les autres participants de cette avant-dernière étape québécoise, et tant d’autres avant et après eux.

Car c’est aussi cela , la « Fin des Faibles » : une fête collective du pur mceing, traditionnellement conclue par un cypha skills de feu…

 

 

(*) big up à Cheeko (membre de Phases Cachées), qui y représentera la France en octobre. Avant d’en arriver là, il lui a fallu se frotter à quelques pointures…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s