D-track, slam rock et jazz hop

51qmJm+noYL._SL500_AA280_

Des mots qui sonnent… certainement le seul album qui vaille dans la discographie d’une Québécoise mondialement célèbre. Dilemme du blogueur fier de son titre carillonnant, et prêt à oublier sa soi-disant intégrité : vais-je tagger Céline Dion ?

Non, allez on se reprend…

Poursuivons la balade, en suivant le cours vagabond* de la rivière des Outaouais. Car David Dufour alias D-track n’est pas originaire de Montréal, ni de Québec, mais de Gatineau, non loin d’Ottawa.

Ce n’est pas son pire défaut. Parmi ceux qu’on lui connaît figure par contre une propension à nous empêcher de dormir tranquilles. Le tapage nocturne n’est pas sa manière de faire en l’occurrence. Ce serait plutôt une « dérangeante douceur », dans l’art d’interpeller son monde sur quelques brûlots ardents de notre société.

Difficile néanmoins de dormir aussi mal que les occupants de l’abri-tempo(raire) illustrant ci-dessus la pochette de son dernier CD physique… (le plus récent, en download, est à écouter ici)

* pas question de rater l’allusion à Sans Pression et « Vagabond, ma religion ». Un p….. de disque, par un p….. de rappeur, revenez-y régulièrement !

Jongleur équilibriste

Cruciale évidence : D-track, slammeur de première catégorie, dispose pour assouvir ce lumineux dessein d’une belle aisance dans le maniement du langage. Aptitude qu’il partage avec bien des collègues, presque par définition. Ce qui l’en différencie, c’est peut-être une constante volonté de progression personnelle, de diversification du champ d’activité.

Au lieu de se caler confortablement sur des acquis sacrément consistants, de tels artistes sont des risque-tout. Qui parviennent à mener un combat individuel sans tomber dans la grandiloquence ou le prêche. Et quand la réflexion pointue s’allie à la robuste complexion musicale que nous chérissons tant dans le hip hop, on côtoie la grâce.

Descente en flammes désopilante d’un premier ministre envahissant plus que le simple paysage politique canadien ;

 

jeu d’imbrication de mots et locutions arabes, où l’on chercherait en vain autre chose que la spontanéité rigolarde du jongleur et funambule de la parole ;

 

« flattebouche » aussi délicieux qu’inattendu, car concernant un mythique représentant du rap hardcore dans sa veine la plus sentimentale (comparez) ;

 

splendide profession de foi, entamée sur la véritable déclaration d’amour d’un laissé-pour-compte à la métropole qui l’abrite si négligemment ;

 

la palette de D-track est probablement l’une des plus stylées de la scène québécoise, quasiment à l’égal de celle de Monk.E pour la verve oratoire.

Socio rap

Ce que son timbre nasal lui fait perdre en puissance, il le récupère en agilité verbale. Quant au vécu musical, bonjour l’éclectisme ! A titre d’exemple, on citera les Gringos, combo jazz rap où il oeuvrait encore voici deux ou trois ans. D’où les vrais instruments d’Abris-tempo. Et à l’intention des adeptes de sonorités plus old school, remontons le temps 8 ans en arrière :

 

Le dude a bien taffé, aucun doute là-dessus !

En juin dernier à l’Espace Belleville tout proche, D-track nous délivrait en deux minutes et demie une perle de sociologie slammée. Et qu’elle soit de nature à remplacer avantageusement le résultat de deux ans et demi de recherches d’un anthropologue n’amoindrit pas le travail de ce dernier.

 

Plus dommageable est la relative indifférence du grand public à l’égard d’une manifestation mettant en lice le gratin mondial de l’escrime poétique. Problème d’entonnoir médiatique, vraisemblablement. Mais il n’est pas interdit aux oies de refuser le gavage… à défaut d’ailes, lâchons la bride à nos cerveaux.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s