Appelle-moi MC, volume Scud

Pour notre premier anniversaire, on se devait de pondre un billet. In extremis, à trois quarts d’heure du terme (26 février à 0h00), voilà qui est fait ! D’avance cher et nombreux lecteur de Trégonneau-Squiffiec, Côtes-d’Armor, veuille excuser tout enthousiasme superlatif, toute allusion acrimonieuse, tout dérapage incontrôlé -quoi que, tout bien considéré, on sait se tenir, hein ?

Blaiz’, deuxième acte

Il y a cinq ans paraissait « Appelle-moi MC »… L’une des plus brillantes compilations de l’histoire du rap français, à une époque où il en avait sacrément besoin. Quoi de plus logique que de retrouver ce niveau de qualité sous la houlette éclairée du même DJ Blaiz’, pour un volume 2 qui fleure bon l’indé ! On ne va pas faire dans la dentelle, ce skeud-là est un scud, qui bonifie encore un début d’année plutôt réussi.

Parce qu’il regroupe une grande partie des rappeurs et beatmakers qui constituent aujourd’hui une sorte de panthéon aux yeux des aficionados. Et lorsque ces derniers le sont de longue date (suivez mon regard en dedans), ils n’ont aucune peine à se situer dans le paysage.

« On dit qu’c’était mieux avant/ Mais j’étais là avant/ Si tu veux j’te r’fais le décor/ Mais son corps n’est pas excitant… »

Cultivons le paradoxe, la phase est signée Nasme. Autant dire un pilier de l’affaire en 2010, absent du track-listing de 2015. Piqûre de rappel, seringue bourrée jusqu’à la gueule de bonnes références :

 

Pas d’échappatoire possible : la mif’ est cernée, on n’en sortira pas autrement que les pieds devant. C’est une image bien sûr, puisque rap, littérature et cinoche sont faits pour s’entendre… simplement ça ne convient pas à tout le monde que « le rap coupé à la variète on cautionne pas du tout »! (Flynt)

Aucun élitisme dans cette affirmation, et encore moins de mépris. Qu’il s’agisse des artistes eux-mêmes, d’une presse nouvellement acquise au genre, ou des kids dont les goûts s’affineront, chacun son truc, comme on dit -et on dit bien, en l’occurrence… Juste une chose : même s’il ne sortait jamais son solo, le « Biffmaker » aurait plus fait pour la cause que les collègues à quelques milliers de K€ ou K$ en chiffre d’affaires !

La famille hip-hop en question englobe toutes les écoles, tous les styles, et tous les degrés de notoriété possibles, et ça fait de la matière ! Elle ne se définit jamais d’après son ancienneté, mais selon sa capacité à surfer dans le creux de la vague -le tube, pas visible du grand public massé sur la plage… Un exercice dans lequel bien des locomotives (mdr) du moment se casseraient la gueule en beauté.

S’il y a des biftons à prendre, pourquoi pas ? Mais s’ils sont chasse gardée, pour cause de modèle économique unique, on attendra. Et surtout, on luttera. Plutôt que de présenter son envers tout en chiquant au marlou. Et pourtant « j’s’rais tranquille à vie/ Si j’coupais l’doigt de P Diddy » (Paco)

 

Et maintenant, si on se faisait une punchline de quatre minutes? Ce n’est pas très éloigné de ça, et sans l’image qui parfois déconcentre elle n’en prend que plus de poids :

 

Première Ligne, deuxième salve

Voici près de deux ans, sous le titre de « Hardcore pas mort » le petit article qui suit avait fait un tabac sur notre page Facebook : deux likes !

Test two, in extenso… le choix de la fainéantise, mais que voulez-vous : il est déjà tard pour un bébé d’un an…

Chez Bboykonsian, on est autonome. Un collectif, un label, un webzine, une maison d’édition… et un combat. Violence verbale raisonnée. Si elle vise le flic honni, c’est la fonction et non l’individu. Ni mythomanie galopante, ni apologie gerbante. 

Rien à voir avec les « icônes » si gracieusement écloses d’un cocon ouaté confondu par mégarde avec le ghetto.

Ces types-là, plus quelques autres gravitant sur la même orbite, savent structurer un son autant que se structurer eux-mêmes. Balancer d’emblée la sauce poisseuse d’une atmosphère qui englue irrémédiablement. Histoire de ne laisser à l’auditeur d’autre choix que celui de la réflexion…

Comme les six nouvelles du livre-cd « A couteaux tirés » paru en 2013 chez Syllepse (consultez le catalogue, ça vaut son pesant de littérature engagée).

Pas un perdreau de l’année, l’auteur! Skalpel, rappeur d’Aulnay et d’Uruguay, 34 ans, et suffisamment d’inspiration pour en être déjà à son deuxième recueil. En plus de 6 solos dont celui-ci, et 5 Ep’s et albums en deux groupes successifs.

Du pur storytelling : le constat brut, pas la gloriole factice. Conneries assumées, gueules pétées, défonces revendiquées, cicatrices visibles, et la rage à flot, encore et toujours. La vie quoi, disent doctement ceux qui en sont à 20.000 lieues… 

Avec Guez (non, pas de Balzac m’enfin ! revoyez vos classiques), Skalpel constituait un tandem assez redoutable au sein de la K-Bine. Groupe né de ses cendres encore ardentes, Première Ligne a publié en mars 2013 son premier opus collectif. E.One l’autre MC s’y révèle pas maladroit non plus côté prods, et DJ Akye le Bboykonsian originel y distille toujours sa science du scratching. 

Ce trio représente l’essence même du hardcore, dans sa dimension de lutte sociale. 

Un passé, un présent et un futur de militance de l’asphalte hurlante. Celle qui se confectionne elle-même ses bannières, si besoin est… (mars 2013)

On n’y change pas un mot. Première Ligne aussi, c’est la famille. Ils enverront leur deuxième salve très prochainement, et ça fait du bien.

 

Ce blog avait un an, merci, à bientôt.

 

Publicités

Le rap, ce sera toujours mieux (indé)pendant !

Ce blog a bientôt un an. L’âge où toute la famille est convoquée au chevet du bambin pour s’extasier sur ses progrès stupéfiants. Vous êtes priés de remplir de ah! et de oh! la ligne suivante.

(   )    (    )    (    )    (    )    (    )    (    )    (    )    (    )    (    )    (    )    (    )    (    )    (    )

Merci, fermez le ban. Et maintenant

 

On ne s’en lasse pas, de ce comique de répétition… D’ailleurs, ce n’était pas très enthousiaste. Bien l’impression qu’il manque du monde.

En matière d’infidélité, on a vu pire ces derniers temps. Tant de causes démarrant en feu de paille pour se terminer en eau de boudin, ça finit par faire une mélasse dont il est difficile de se dépêtrer !

Bien. Où en étions-nous ? Ah oui, la famille. Familles, je ne vous hais point, mais à une condition : ne laissez plus personne vous qualifier de tribus ou de clans. Pure stratégie de lobbies médiatiques, pas nécessairement publicitaires au demeurant, divisant sciemment pour mieux vendre leur soupe.

Ce qui, de près ou de loin, et aujourd’hui pas plus qu’hier, ne peut convenir au rap (écoutez Papi, les enfants). Musicalement œcuménique, intrinsèquement démocratique, il reste la voix du peuple. S’il était replié sur lui-même, nombre de ses représentants se seraient reconvertis depuis un bail, tant il est plus facile d’y gagner des pépins que des pépètes.

De fait, il y a des pépites à en extraire chaque fois que son expression est libre et combative… on va commencer par celle-ci, qui illustre à merveille notre propos :

 

C’est tout ce qui nous intéresse, plutôt que de verser dans une de ces querelles anciens-modernes qui ne feront jamais que la joie des académiciens, en herbe ou de tout poil. Le hip hop reprenant à son compte les conventions dont est censée le démarquer toute l’essence du mouvement, voilà qui serait aussi suicidaire que désopilant (oui, on aime bien se marrer avec le canon sur la tempe, chacun sa came).

Aussi le slogan « c’était mieux avant » apparaît-il comme un simple libelle, un gimmick futé destiné à être réfuté. Il l’a d’ailleurs été, avec le grand mérite d’aiguillonner par la même occasion la verve littéraire de quelques-uns, dont les deux ci-dessus. Certainement pas un hasard !

 

L’album à venir de Kaot’F , si souvent reporté, jamais abandonné, s’intitule « L’écoute et l’entente »… est-il utile de développer le concept ?

Une vraie famille n’est jamais fermée, sa plus noble fonction est d’accueillir. Et non pas d’intégrer, nuance ! D’intégrer à ingérer il n’y a qu’un t pas très dansant.

Dans la vidéo qui précède sont personnifiées les composantes essentielles de ce qu’on continuera à nommer le vrai rap. Celui qui se fout éperdument du buzz, du compteur de vues (truqué par définition) et de la direction verticale des pouces pavloviens. Celui qui réunit de leur propre chef une douzaine d’artistes de notoriété variable selon leurs affinités, et non sur un coup de marketing. Celui où l’on retrouve régulièrement des baroudeurs du freestyle en rupture (provisoire, parce que l’exercice est addictif) de Rap Contenders ou End Of the Weak. Une référence, un label de qualité aussi motivant côté fosse que côté scène…

Celui aussi dans lequel le premier à balancer ici ses huit mesures, l’archétype du rappeur aussi indépendant qu’entreprenant, voit une armée potentielle en marche.

Mettez une douzaine de Nasme, de Sëar et de Flynt dans le rap français, et il se gagne à la fois un avenir, l’émergence de talents cachés et la mise en retrait, sinon en sommeil définitif, des petits manitous ignares qui nous bombardent de leur daube en conserve avariée. A 7:18 si vraiment vous n’avez pas le temps de voir ce docu en entier, il y a de quoi espérer en des lendemains qui chantent moins faux.

 

Pas d’hypocrisie. Perchée plus ou moins discrètement sur nos baromètres, la grenouille YouTube continue de coasser ses prédictions lénifiantes. Grâce à nous qui lui donnons les moyens d’atteindre la taille du bœuf…

Stoppons cette enflure, cessons d’être des bœufs !

 

Rap queb à la folie (douce)

Rien à faire ! Le rap hexagonal a beau vivre actuellement la résurgence de monstres sacrés, la reconnaissance tardive de soldats de l’ombre, ou l’éclosion de jeunes pousses, un seul sujet motive les gazettes.

Pour notre part chers lecteurs (qu’est-ce qu’on est bien en si petit comité !), oublions momentanément les galipettes amoureuses du duc de Boulogne et du marquis de Sevran, il n’y a pas que le cul dans la vie. Aucune péripétie de leur interminable idylle ne nous étant épargnée, on retournerait bien prendre un bol d’air vers l’Ouest, pas vous ?

Non pas notre Ouest à nous, même si là-bas aussi il y a du nouveau, remarque… Mais bien au-delà des phares du Créac’h et de Nividic, en piquant droit sur la Nouvelle-Ecosse, puis l’embouchure du Saint-Laurent. Vous y êtes déjà ? Attendez-nous, on arrive.

Remontons maintenant le fleuve, pour une nouvelle et passionnante aventure à la rencontre de ces étranges autochtones qui se disent nos cousins, comme c’est bizarre -on dirait les belles histoires de l’oncle Paul, hein?

Alaclair, plus frappés que Fontaine

Au cours de notre première exploration, nous avons un peu zappé la capitale, dans notre hâte à rejoindre Montréal où presque tout se passe. Jouxtant Limoilou dont on vous a déjà parlé (Webster et consorts) se trouve le quartier de Saint-Roch, l’occasion de faire une riante halte -ce n’est plus l’oncle Paul mais le jeu d’Emile Franc, désolé.

Pourquoi? Parce qu’à cet endroit « d’la frouche y en a plein d’sortes/ça débarque du bas du fleuve/din vannes vartes/ça finit les yeux toute plissés/comme un rootsman à Bangkok ». On n’invente rien, il s’agit là, dans un genre qui laisse sans voix les plus éminents linguistes, du témoignage incontestable signé Alaclair Ensemble sur « Toute est impossible » , leur dernière livraison (la première est ici, ne vous gênez surtout pas) :

 

Intéressant, non ?
Eux, ils l’appellent depuis belle lurette post-rigodon, mais vous pouvez préférer post-rap si ça vous chante. Ils ne boiront pas votre sang pour autant, ces pratiques érotiques n’existant que dans certaines familles de la noblesse d’épée du 9.2 et du 9.3.

Dans l’ordre de divine apparition :

Claude Bégin sur les choeurs évanescents, tout récent auteur de « Les magiciens », opus pop en concerto déconcertant mais son passé plaide pour lui, Votre Honneur (en outre, il peut bénéficier de la circonstance atténuante de vivre dans la capitale) ;

KenLo Craqnuques Tout’Nou (et alors? à Montréal, le post-rock a bien ses Thee Silver Mount Zion Memorial Orchestra & the Tra-la-la Band), cador de la piu piu et ex-comparse de prédilection de Monk.e quand celui-ci veut bien s’arrêter de bouger ;

Eman anciennement moitié d’Accrophone avec le premier nommé, et aujourd’hui moitié de Eman x VLooper avec… VLooper (leur commun effort « XXL » est terrassant) ;

Ogden alias Robert Nelson, Président de la République Libre du Bas-Canada, à qui on piquerait bien sa casquette en dépit de ses hautes fonctions, s’il ne faisait pas si peur ;

Maybe Watson l’inclassable, incassable, incasable et pourtant titulaire en 2011 d’une carte d’abonné à la bibliothèque municipale de Saint-Laurent, la preuve !

Mash, l’autre beatmaker et septième larron, est sur ces images invisible et silencieux, mais fort capable lui aussi de l’ouvrir à bon escient.

Mais laissons-les se présenter eux-mêmes, par le truchement de ce glossaire et de cette autobio d’une sidérante objectivité. Et puisque deux de ces messieurs sévissent également au sein de K6A, une petite rétro dont on ne se lasse jamais. Vous non plus, vous allez voir…

 

La veine humoristique d’un certain rap québécois laisse parfois à désirer, car dépourvue de tout alibi artistique. Avec Alaclair Ensemble, on tient un groupe dont le délire permanent s’appuie sur un savoir-faire musical indéniable.

Ainsi que le rappelait pas plus tard qu’around midnight Stephen Harper, Premier Ministre du Canada et souffre-douleur en chef, qui a gentiment accepté de poser (mais pas nu, c’est contre ses principes d’homme pudique) pour la pochette du susdit album.

 

Post-rap et poses trap

And now for something completely different…

Nous beaucoup aussi aimons ceux-ci, for example. Tout comme le public des TransMusicales de Rennes le 4 décembre, et un peu moins celui de la Flèche d’Or deux jours plus tard, comme c’est rebizarre (mais parisien, celi expliquant ceça et inversement, chié merde quoi).

 

Rappelons que le parti-pris des Dead Obies d’user d’une sorte d’espéranto pas toujours aisé à capter leur a valu la hargne de critiques musicaux (oxymoron ?) se découvrant pour la circonstance zélés défenseurs de la pureté sémantique. En France nous avons nos chroniqueurs fleur bleue obsédés par les croquignolettes tribulations des couples pipole, au Québec ils ont de rigoureux professeurs de Belles Lettres reconvertis dans la presse rap. Chacun sa croix…

Mais si vous êtes plus trap que post-rap, pas de souci. Vous avez le droit de vous jeter avidement sur les jeunes gens ci-dessous, en admettant que vous reveniez d’un long voyage dans le cosmos. Faites-le avant qu’il ne soit trop tard, et que leurs vêtements ne soient tout déchirés, tant les courants novateurs se succèdent là-bas si rapidement qu’ils se fondent les uns dans les autres !

La très bonne idée de Loud et Lary est probablement d’avoir fait appel en 2010 aux services (super)soniques de Ajust. Tout aussi bonne, celle de s’adjoindre ceux d’une équipe technique capable de leur torcher des clips à tomber à la renverse, en moins de temps qu’il ne nous en faut pour toucher le sol à plat dos.

Quant aux Posterz, élevés en fût à Vancouver avant de maturer à Montréal, leur premier cru est l’un des plus attendus de 2015, alors magnez-vous les jeunes !

 

Hardcore pas mort

Ah bon, c’est du hardcore que vous voulez?
Hé bien sachez que non seulement certains indigènes pratiquent encore ces rituels ancestraux des deux côtés du Saint-Laurent (parfois même dedans, et à plusieurs pieds de profondeur), mais en plus ils ont le truc dans la peau.

L’un des plus remarquables spécimens du genre renverrait sangloter dans son antre l’Hydre de Lerne soi-même. En effet, la multiplicité de ses têtes rend inefficace toute la gamme allant du coupe-chou de papa à la tronçonneuse de Leatherface.

Nous parlons là, avec les poils des bras dûment hérissés et des tremoli dans la glotte, du team Explicit. Au fil des années, ils ont acquis une envergure incontestée même des professeurs de Belles Lettres locaux ! Car si ces derniers comprennent tout ce qu’ils disent, l’inverse est également vrai. Même nous, avec pourtant un océan d’écart, on va en dire beaucoup de bien si vous n’y voyez pas d’inconvénient…

Très sérieusement, ce que font en ce moment les Souldia, Saye, Sadik, et on en passe dont le nom ne commence pas par S comme Sauvage, c’est très fort. A savoir, convaincre en à peine moins de seize ans (soit la durée d’existence du label fondé par 2Faces en 1999) qu’ils étaient capables de faire des disques et des concerts et pis tout ça sans mettre les Laurentides à feu et à sang.

 

Rigolez pas, on a lu il n’y a pas si longtemps, dans la presse généraliste de là-bas, l’article d’une brave dame envoyée toute tremblante au casse-pipe. Imaginez son soulagement, à l’évidence que ces monstres s’étaient en définitive fort civilement tenus, sur scène et en dehors.

Comme les MC’s cités viennent tous les trois de commettre individuellement leur crime lyriciste en tir groupé, découvrons-en trois de plus, dans l’excellente compagnie de K-Turnaz l’un des deux DJ’s attitrés du collectif (l’autre étant Fade Wizard) :

 

Si jamais tout ce beau monde se sentait une petite faiblesse bien compréhensible, nul besoin de chercher la relève. Quelques glorieux anciens tiennent tout aussi haut ce flambeau-là, et on ne serait pas étonnés de les revoir sous peu… D’avance merci.

Dragon Rash : Demi-Portion puissance Sète

Entamer la chronique d’un CD sur un éloge à son auditoire n’est pas forcément judicieux. Mais concernant celui qui a atomisé la concurrence, à quelques « rescapés » près, dès sa parution le 19 janvier dernier, on n’hésitera pas à le faire d’emblée.

Parce que la fidélité des fans de Demi-Portion n’a rien à voir avec l’idolâtrie bêtasse excluant tout sens critique. Il s’agirait plutôt d’amis, qui l’ont pour certains suivi depuis les années de galère. Des amis que Rachid Daif (à l’état-civil) ne peut bien sûr pas tous connaître, et à qui il rend cependant hommage à sa manière chaleureuse, dans le livret de l’enthousiasmant Dragon Rash qui caracole dans le peloton de tête des ventes de disques en France.

Des chiffres ? Pas question. Ce serait dénaturer la qualité intrinsèque de tout l’opus.

Ou plutôt si. UN chiffre : dix-neuf, comme le jour de sa sortie. Pour autant de morceaux certes pas parfaits (qui peut y prétendre ?) mais dont aucun n’est à zapper.

Car ce troisième solo, succédant aux prometteurs Artisan du bic et Les histoires, est d’une cohérence absolue. Bien dans la logique d’une trajectoire menant un gamin doué, timide et sacrément débrouillard, vers la reconnaissance que laissait prévoir sa ténacité sans faille. Et sans amertume, au regard de tant de faux rappeurs à « mettre à l’amende encore mieux qu’ces foutus PV »

D’entrée de jeu et à l’intention des non-initiés, deux minutes pour comprendre que la planète de Demi P n’est pas vraiment celle d’où certains confrères établis ne communiquent plus que par onomatopées. « Tous ceux qui parlent mal je laisse, inutile de gaspiller un seize » : le ton est donné, l’acuité textuelle une nouvelle fois au rendez-vous. La prod de Douil, jusqu’alors inconnu de nos services (publics) est impériale, mélancolique tout en évitant le piège classique du mélodrame, mélodieuse sans être melliflue (désolé, ça sonnait trop bien !).

Agrémenté de quelques phases percutantes en arabe, le titre éponyme a des résonances totalement d’actualité, sur une petite instru addictive signée Beep Beep (soit l’avatar beatmaker de Demi-Portion lui-même). L’évidente référence au monde de Dragon Ball Z, captée sans peine par les jeunes trentenaires qui n’ignorent rien de la quête des sept boules de cristal, installe une ambiance faussement naïve où le verbe malicieux du emcee sétois  n’en prend que plus de poids.

« Oui la France pète un plomb et s’invite en battle/Soit tu les suis soit tu les r’gardes en tant qu’spectateur/Et ils jouent qu’avec la peur donc j’fais quoi ma gueule ? »

 

Suit la savoureuse allégorie de Demi-Parrain, « à l’heure où l’argent facile arrive plus vite qu’une pizza ». On a eu l’occasion d’en goûter le clip jusqu’à plus soif, avec Saïd Taghmaoui l’un des inoubliables interprètes de La Haine en guest. Mais aussi et surtout, dans l’ordre d’apparition sur le son, El Gaouli pour lequel on confesse un engouement qui se vérifie largement par la suite… il faut dire que la partie de trombone de la célèbre partition de Nino Rota est un argument imparable ! De même que des rimes du genre « Joue pas la mafia non plus, dans c’cas-là vaut mieux s’taire/Un p’tit sample c’est suffisant pour un p’tit air de gangster », teintées de cet humour corrosif qui passe tellement bien la rampe quand il est porté par la faconde méridionale.

Si ce qui précède a déjà des allures de claque magistrale, le texte de Est-ce que est pour sa part un véritable direct au plexus. Entamé sur un extrait parlé de Will Hunting (Robin Williams en v.f.), il apparaît comme une punchline d’un bout à l’autre, entre problèmes du quotidien et questionnement existentiel. Sur des images de Montréal qui décidément ne nous lâche plus, on est happé par une simple mélopée lancinante, en adéquation avec un condensé d’interrogations personnelles en rafales serrées. Disparate au premier abord, il peut déranger les esprits trop cartésiens. Petit conseil et unique remède pour ceux-là : réécoutez, vous avez affaire à un bonhomme à qui nul n’a à apprendre la vie. Ni la philo, études poussées ou pas. « Est-ce que j’devais vous l’dire ? Autant d’questions sans réponse »…

 

Résolument mélomane, il insiste dans la veine orientale sur Loin de toi, auquel le chant de Blata donne un relief supplémentaire. El Gaouli assurant de nouveau la trame sonore, Demi-Portion se permet alors de poser un premier couplet en assonances tranchantes, que l’on peut considérer comme le plus ésotérique de l’album. Une sorte de paradoxe avec les accents chaâbi langoureux du refrain, avant que ne revienne au galop ce naturel allant jusqu’à l’autodérision, qualité plutôt rare dans le milieu. « Demain c’est loin vu qu’on m’a dit tu verras ça ira mieux/Ne t’en fais pas si j’reste c’est pour éviter les adieux »

Je n’ai pas voulu, et ses samples triés sur le volet, possède la tonicité hargneuse du beat up tempo, sans laquelle il n’est pas d’ouvrage hip hop bien ficelé. Canevas impeccable dans l’agencement des titres, débouchant au tiers de l’album sur LA collab tant attendue. Adoubement tranquille aux bons soins du maître Oxmo Puccino, dans un climat de respect mutuel tangible, Une chaise pour deux dégage une puissance poétique peu commune.

Venant derrière ce joyau, la déjà anciennement connue Poignée de punchlines, bénéficiaire du double sceau sonique de Give Me 5 et El Gaouli, ou encore Les nôtres, indispensable du fait de la présence de Sprinter le complice de toujours des Grandes Gueules, pourraient pâtir de la comparaison. Technique et complémentarité irréprochables contournent l’écueil avec panache.

 

Probablement mieux que On rap fort, où l’apport des énormes kickeurs Jeff Le Nerf et Neka semble survitaminé, se situant entre les plus intimistes et autobiographiques Dernier chevalier et Parti de rien qui nous ont tant touchés. Simple faute de placement, sans trop de dommage pour l’équilibre d’ensemble, toujours difficile à conserver sur soixante-cinq minutes d’un goûteux melting-pot.

Par contre, nous ne partageons pas les réserves invariablement émises autour des remixes de titres-phares conviant au festin tout ou partie de la famille artistique. A moins de vouloir en faire un truc plus touffu que les petits Larousse, Robert et Littré réunis, on voit mal comment Mon dico aurait pu offrir à chacun de ses contributeurs plus que les 4 mesures de rigueur en pareil comité élargi.

Au diable les ergotages ! L’enchaînement suivant tout en émotion emporte l’adhésion, non sans pincements au cœur. Ils témoignent pour le moins d’une écriture consistante, celle qu’on connaît depuis longtemps à « l’artisan du bic ».

Dominé par le bouleversant Laisse pas tomber, et plus encore l’immense Peur produit par DJ Rolex et rythmé par les palmas et taconeados nerveux du flamenco, le final est de ceux qui annoncent fièrement que le meilleur reste à venir.

Qui s’en plaindra?