Douze, de graff en rap

12_cover

Ce blog meurt mais ne se rend pas.

Telle la garde des mc’s et beatmakers « in all styles » qui font que le rap est loin d’avoir dit son dernier mot. La plupart de ceux qui aujourd’hui sortent de la bouche de leurs pairs (?!!) formatés jusqu’à oublier qu’en cherchant bien il leur reste quelques connexions neuronales, est définitivement oubliable (on est gentils).

Parallèlement à ce… hem… game ? panier de crabes? marigot? cloaque?… oeuvrent des artistes. Au plein sens du terme.

Venu du graffiti dans une époque bénie de multidisciplinarité,  Douze (Douze Ekzéko Keskler pour les intimes 😉 ) en est un exemple notable. La preuve même que la réflexion d’un cerveau est compatible avec le va-et-vient de son contenant remuant à s’en fracturer l’occiput!

Son background et ses convictions ne pourraient être mieux résumés que par ces vrais passionnés qu’on peut qualifier de site de référence.

interview Douze

Quant au présent, le tout récent opus Samples et tensions (sorti avec 5 jours d’avance, svp!) démarre en trombe avec un terrassant « Remords et comptes nuls », qui s’offre le luxe d’un fading sonique d’une rare élégance.

La suite est sans temps morts. Et brillamment estampillée Ekzéko Beats, en alternance avec la part belle faite à quelques collaborations triées sur le volet. Dont celle d’un certain parrain de la street, illustrant dans la foulée la possibilité d’une île. D’un havre de paix, d’une coexistence entre courants, mouvements, écoles, au lieu de cette loi pachydermique du marché -mille excuses à tous les proboscidés!

Nul besoin de clips calibrés pour toucher la cible, relativement mouvante mais toujours immobile à l’heure où les grands fauves vont boire. Ni de commentaires redondants que personne ne lira.

Alors voilà : le bail s’est fait, et à sa modeste manière il fera date.

12_tracklist

 

 

Ajout strictement O-BLI-GA-TOIRE, le 10 janvier 2017 (salutations distinguées) :

avec ce genre de baffe supplémentaire, le concept de la Poignée de punchlines de Give me 5 Prod et son instigateur Djo Deparone ne risque pas de s’essouffler.

Wooosh!!!!!!!!!